Besoin d’aide pour choisir le bon cultivar?

À la Cédrière Barbe, nous cultivons deux grandes catégories de cèdres : les cèdres à haie et les cèdres ornementaux. Chaque sorte de cèdre comporte ses caractéristiques et ses qualités propres, et il peut être ardu de choisir le cèdre qui convient le mieux à une situation. Afin de faciliter votre prochain achat, voici quelques pistes qui pourront orienter votre choix de cèdres.

Quelle INTIMITÉ je recherche ?

Intimité complète à court terme
👉 cèdres à haie

Intimité complète à moyen terme
👉 cèdre Brandon

Intimité partielle 
👉 cèdres Smaragd et Holmstrup

Quel STYLE de cèdre je veux / j’ai besoin ?

Conventionnel, rectiligne (forme de mur) 
👉 cèdres à haie

Ornemental : le cèdre garde sa forme pyramidale ou conique 
👉 cèdres Smaragd, Brandon, Holmstrup

Quel ENTRETIEN je suis prêt à faire sur ma haie de cèdres ?

Entretien minimal 
👉 cèdres Smaragd et Holmstrup

Entretien léger (taille aux 2 ou 3 ans au besoin) 
👉 cèdre Brandon

Entretien requis (taille annuelle ou bisannuelle) 
👉 cèdres à haie

Quel est l’ESPACE disponible dans ma cour ?

Grande cour, beaucoup d’espace disponible 
👉 cèdres à haie

Petite cour, peu d’espace disponible 
👉 cèdres ornementaux (Brandon, Smaragd, Holmstrup)

Quelle est la HAUTEUR maximale souhaitée ?

10 pieds à maturité 
👉 Holmstrup

20 pieds à maturité
👉 Smaragd, Brandon

Hauteur non limitée 
👉 cèdres à haie

Quel est mon BUDGET ?

Budget limité 
👉 cèdres à haie (attention : taille annuelle à prévoir dans le budget)

Budget moyen 
👉 cèdres ornementaux

Prenez quelques minutes pour visiter la page intitulée ‘nos cèdres’, vous aurez ainsi une idée plus complète des possibilités qu’offre chaque cultivar.

Bien sûr, nos horticulteurs restent à votre entière disposition et se feront un plaisir de répondre à toutes les questions qui pourraient survenir durant l’achat de vos cèdres.

N’hésitez pas à passer nous voir à la Cédrière !

Comment planter votre haie de cèdres

  1. Afin de minimiser le stress pour vos cèdres, protégez-les bien durant le transport et gardez-les dans un endroit ombragé jusqu’à la plantation. Plantez-les dès que possible et assurez-vous qu’ils ne manquent pas d’eau.
  2. Délimitez la zone de plantation avec une corde et des piquets de façon à avoir une ligne bien droite;
  3. Dégagez le dessus de la motte pour localiser le collet de la plante. Mesurez la hauteur de la motte par rapport à ce point. La tranchée devrait correspondre à 1 fois la hauteur et 1.5 fois la largeur de la motte. Il est important de ne pas creuser plus profondément. Même avec un travail bien fait, la terre continuera à se compacter avec la pluie, le poids de la neige, etc. Il faut à tout prix éviter que la tranchée se retrouve en dessous du niveau du sol.
  4. Creusez la tranchée à la largeur et à la profondeur indiquées. Si la terre est adéquate, incorporez un amendement à la terre qui a été retirée. La terre à plantation ou un bon compost sont tout indiqués pour en améliorer la composition. Toutefois, si le sol existant n’est pas de bonne qualité, mélangez-le avec une bonne terre à jardin brune un peu sableuse, communément appelée « topsoil ». Il est également important d’ajouter un peu d’engrais transplanteur à base d’os moulu et des mycorhizes afin de stimuler l’enracinement.
  5. Placez les cèdres dans la tranchée :

Cèdres du champs empotés : Retirez le cèdre de son contenant en prenant soin de ne pas briser la motte. Déposez la motte dans la fosse de plantation. Assurez-vous que le cèdre soit bien droit et que le collet soit à égalité avec le sol, voir 1 pouce ou 2 au-dessus.

Cèdres enracinés en pot : Coupez le pot à l’aide d’un couteau tout usage et retirez le cèdre de son contenant. Détachez les racines qui se sont enroulées s’il y a lieu. Déposez la motte dans la fosse de plantation. Assurez-vous que le cèdre soit bien droit et que le collet soit à égalité avec le sol, voir 1 pouce ou 2 au-dessus.

Cèdres vendus en panier de broche, de jute et de cordes: Déposez la motte dans la tranchée. Dégagez le haut de la motte en évitant de la briser. Pour se faire, coupez et repliez le jute vers le fond de la fosse. Faites de même avec le panier de broche. Assurez-vous que le cèdre soit bien droit et que le collet soit à égalité avec le sol, voir 1 pouce ou 2 au-dessus. Ne retirez pas le panier.

  1. Ajoutez la terre qui a été mise de côté ou votre mélange de terreau, selon le cas, pour remplir la fosse à un peu plus de la moitié. Arrosez abondamment et en profondeur pour que le sol se tasse bien et pour combler les poches d’air qui auraient pu se former près des racines. Une fois l’eau drainée, ajoutez du terreau et compactez le sol autour des racines. Ajoutez de la terre jusqu’au niveau du collet mais ne recouvrez JAMAIS le collet.
  2. Tuteurez ou retenez la haie à votre clôture à l’aide d’une corde si vous êtes exposés au vent. Les cèdres ne doivent pas bouger le temps qu’ils s’enracinent. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle nous préconisons le « topsoil » plutôt d’une terre à plantation qui serait trop légère.
  3. Taillez les branches brisées.
  4. Installez un boyau perforé aux pieds des cèdres. Ce type de système utilise l’eau de façon efficace, sans gaspillage, et permet d’appliquer l’eau directement au niveau des racines. Il faut savoir que ce système sert à maintenir l’humidité du sol. Il ne faut en aucun cas négliger l’arrosage mentionné à l’étape 5. Si vous le souhaitez, ajoutez une minuterie.
  5. Recouvrez la tranchée de 10 cm de paillis puis arrosez pour le maintenir en place. Le paillis ne doit pas être en contact avec le tronc.
  6. Il ne vous reste plus qu’à entretenir votre haie. Pour en savoir davantage sur l’arrosage, les engrais et fertilisants, la taille et les protections contre la dessiccation, consultez nos différents articles.
  7. Vous avez toujours des questions? Contactez-nous!  Il nous fera plaisir de vous aider.

Quelques conseils

  • Manipulez les cèdres avec soin;
  • Évitez les températures extrêmes;
  • N’enterrez ni les branches, ni le collet des cèdres;
  • Ne raccourcissez pas les racines ;

Comment planter votre haie de cèdres en sol mal drainé

Le Thuya a une bonne tolérance à plusieurs types de sol. En revanche, celui-ci doit se drainer adéquatement, contrairement à une croyance populaire prétendant que les Thuyas poussent dans l’eau : « Noyez-les! » dirons certains de vos voisins.

La compaction du sol augmente pour sa part la densité du sol et diminue sa porosité. En d’autres mots, elle offre une résistance physique à l’enracinement et provoque l’asphyxie racinaire.

Quelques indices qui peuvent vous aider à diagnostiquer un sol problématique :

  • Avant de procéder à la plantation, observez la partie concernée.  Après de fortes pluies, est-ce que votre sol se draine adéquatement ou y a-t-il des accumulations d’eau?  L’infiltration très lente des eaux de surface et l’absence de vers de terre sont un bon indicatif.
  • De plus, une terre argileuse se travaille un peu comme de la pâte à modeler: vous pouvez la rouler en une boule qui s’étalera sous la pression des doigts plutôt que de s’effriter.

La plantation de cèdres, comme la plupart des végétaux, est plus précaire en sol mal drainé ou compacté. Il faudrait idéalement corriger la situation de façon permanente en installant un système de drainage ou en rehaussant votre terrain, mais comme ces modifications sont généralement complexes et très coûteuses, une autre approche peut souvent être envisagée. Il s’agit de la plantation surélevée :

  1. Creusez une tranchée d’une profondeur équivalente aux deux tiers de la hauteur de la motte et d’une largeur égale à 2 fois sa largeur. Conservez une partie de la terre retirée et mélangez-la à une bonne terre à jardin brune un peu sableuse, communément appelée « topsoil ». Cela évitera de créer une fosse où les eaux de surfaces auraient tendance à se déverser.  De plus, puisque les racines des plantes s’adaptent en fonction de la nature de la terre qu’elles rencontrent, elles pourraient ne pas s’aventurer au-delà de la limite s’il y avait trop de différences entre deux couches de terre. Un mélange intermédiaire entre les deux zones permet aux racines de s’adapter.
  2. Remplissez la tranchée de terre jusqu’à un peu plus de la moitié. Arrosez pour combler les poches d’air qui auraient pu se former. Quand l’eau se sera drainée, ajoutez du terreau jusqu’au niveau du sol fini et du collet, sans toutefois recouvrir ce dernier, et compactez le sol autour des racines. Au besoin, utilisez plus de terre pour façonner un petit monticule. Assurez-vous que le collet est toujours dégagé et que les racines sont bien recouvertes de terre.
  3. Tuteurez ou retenez la haie à votre clôture à l’aide d’une corde si vous êtes exposés au vent. Les cèdres ne doivent pas bouger le temps qu’ils s’enracinent. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle nous préconisons le « topsoil » plutôt d’une terre à plantation qui serait trop légère.
  4. Pour éviter d’accroître les problèmes d’aération et de drainage du sol, n’appliquez pas de paillis, ou très peu si vous souhaitez tout de même avoir une belle finition. Dans ce cas, un compost forestier pourrait être utilisé en petite quantité. Avec le temps, il pourrait améliorer la qualité de votre sol.
  5. Vous avez toujours des questions? Contactez-nous! Il nous fera plaisir de vous aider.

Quelques conseils

  • Manipulez les cèdres avec soin;
  • Évitez les températures extrêmes;
  • N’enterrez ni les branches, ni le collet des cèdres;
  • Ne raccourcissez pas les racines ;

Quel est le meilleur moment pour planter votre haie

Le printemps et l’automne sont tout indiqués pour la plantation de cèdres empotés et en panier de broche recouvert de jute. Quant aux cèdres enracinés en pot, ils peuvent être transplantés sans problème d’avril à novembre.

Lorsque la plantation est réalisée tôt au printemps, alors que les cèdres sortent à peine de la période de dormance, les signes de stress que pourrait provoquer une transplantation sont pour ainsi dire nuls. Il est même fréquent de constater une croissance dès l’année de transplantation.

Comme l’approvisionnement en eau se fait par le système racinaire des végétaux, il est primordial d’éviter les périodes de chaleur intense et de sécheresse.

L’automne a pour sa part l’avantage d’offrir une bonne reprise tout en nécessitant peu de soins. La saison est souvent pluvieuse et, comme les nuits sont fraîches, le sol à tendance à s’assécher moins rapidement. Une protection contre la dessiccation hivernale peut toutefois s’avérer nécessaire si la plantation est exposée aux vents ou qu’elle est située à la limite de la zone de rusticité.